Les principes fondamentaux qui guident la Socapalm depuis sa privatisation en 2000, sont un engagement à offrir par ses activités, une chaîne de valeur pouvant répondre aux différents défis économiques, sociaux et environnementaux : satisfaire l’approvisionnement du pays en huile végétale et en produits de qualité, mettre en œuvre des technologies de pointe, offrir des conditions de travail afin d’attirer et de fidéliser des talents ; l’intégrité qui garantit la cohérence, la transparence et l’encouragement du dialogue social. Le chiffre d’affaires de la Socapalm s’élève à plus de 88 millions d’Euros en 2017.

  •  L’huile de palme :

Depuis toujours, l’huile de palme fait partie intégrante de l’alimentation de la population du Cameroun. Elle est particulièrement appréciée dans les mets dits « du village », et c’est d’autant vrai qu’il y a une recrudescence des exploitations de palmiers à huile dans des villages par des planteurs villageois. La production d’huile de palme chez Socapalm en 2017 s’élève à 118 840 tonnes, bien que le Cameroun accuse toujours un déficit de plus de 50% par rapport à ses besoins nationaux.

  • L’hévéaculture ou le caoutchouc naturel :

La production de caoutchouc naturel donne une énergie verte pure : il se substitue au caoutchouc synthétique issu du pétrole, les hévéas constituent un éventail important de carbone. La production de caoutchouc naturel a deux avantages majeurs :

– elle offre des revenus permanents tout au long de l’année ;

– elle ne se dégrade pas : un facteur important lorsque les moyens de transport ou les opportunités de vente ne sont pas immédiats.

La Socapalm a amorcé la diversification vers l’hévéaculture depuis 2006.

  • Quelques chiffres :

La population camerounaise est estimée à 23,4 millions d’habitants (2016)

Superficie du pays : 475 442 km2 (47 544 200 ha)

IDH : 0,518 (153e rang mondial)

Densité : 49,9 habitant/km2

Superficie de palmiers à huile : estimée à 200 000 ha (0,42%)

Superficie d’hévéas : estimée à 57 000 ha (0,12%)

Superficie des plantations villageoises de palmiers à huile : estimée à 137 000 ha (0,29%)

Superficie des plantations villageoises d’hévéas : estimée à 2 000 ha (0,004%)

Déficit annuel moyen d’huile de palme brute par rapport aux besoins nationaux : 130 000 tonnes

  • Fiche technique de la Socapalm :

Création : 1968 – Privatisation : 2000

6 sites : Dibombari, Mbongo, Mbambou, Eséka, Edéa et Kienké

6 huileries certifiées ISO 14001

Production : 118 840 tonnes d’huile de palme brute (2017)

Superficie des plantations de palmiers à huile : 32 733 ha (2017)

Production : 869 tonnnes de caoutchouc (2017)

Superficie des plantations d’hévéas : 1 758 ha (2017)

Personnel : 5 135 employés (M.O directe et indirecte)

8 033 enfants fréquentent les écoles de la Socapalm

32 villages

11 centres de santé et dispensaires suivis par 49 médecins et personnel du corps médical